Bulletins techniques
novembre 2013

Un chauffe-moteur : Les risques du confort!

Par Daniel Roy ing., CFEI, CVFI, Martin Morissette ing., CFEI, CVFI,

Figure 1 : Branchement du chauffe-moteur

Dans notre coin de pays, plusieurs propriétaires de véhicules ont recours à un chauffe-moteur pour rendre le démarrage plus facile et accélérer le réchauffement de l'habitacle (figure 1). Par contre, ce que plusieurs ne savent pas, c'est que cet accessoire peut représenter un réel danger s'il n'est pas bien utilisé.

Un peu d'information de base. Un chauffe-moteur n'est, en réalité, qu'un simple élément chauffant électrique alimenté par un cordon prolongateur relié au réseau de distribution de la maison (figure 2).

Cet élément est installé dans le circuit du liquide refroidissant du moteur du véhicule. Le cordon d'alimentation du chauffe-moteur est soumis à un traitement qui influence grandement sa durée de vie. Premièrement, ce cordon est souvent mal installé ou sécurisé. Deuxièmement, il est souvent exposé aux intempéries. Troisièmement, il peut parfois être maltraité par l'utilisateur.

Voici donc les explications et les conséquences de tels mauvais traitements.

Figure 2 : Chauffe-moteur et son cordon d'alimentation

1- Mauvaise installation ou sécurisation

Cet accessoire peut être installé par un garagiste (concessionnaire) ou parfois même par le propriétaire du véhicule. L'installateur (professionnel ou non) ne prend pas toujours le temps de lire toute la documentation disponible. Ainsi, il est possible que le routage du cordon d'alimentation dans le compartiment moteur soit incorrect. Il pourrait alors passer trop près d'une source de chaleur. Le câble pourrait aussi ne pas être fixé adéquatement, ce qui pourrait causer un frottement contre des pièces métalliques. Ces deux situations pourraient causer une usure prématurée et locale de ce cordon.

2- Exposition aux intempéries

La fiche du cordon d'alimentation du chauffe-moteur est souvent exposée aux intempéries puisqu'elle est, la plupart du temps, installée à travers la calendre de façon à être accessible sans avoir à ouvrir le capot. La fiche est normalement proté­gée par un capuchon. Si le capuchon est manquant, les lames de la fiche seront exposées à l'eau, la saleté, le sel (en hiver) et autres polluants qui pourraient causer l'oxydation du métal. Du métal oxydé est un moins bon conducteur d'électricité, ce qui cause un mauvais contact (raccord lâche) et parfois, une surchauffe au niveau de la fiche.

3- Mauvais traitements

Sans que ce soit intentionnel, il est possible que l'utilisateur maltraite le cordon d'alimentation. Presque tous les conducteurs ont un jour ou l'autre oublié qu'ils avaient branché le chauffe-moteur de leur véhicule au moment de quitter leur domicile. La plupart du temps, le cordon prolongateur installé entre la prise électrique du bâtiment et la fiche du câble du chauffe-moteur se débranche à une extrémité ou l'autre. C'est à ce moment que le cordon, et principalement, la connexion, subissent un contrecoup. À première vue, un tel incident peut paraître anodin. Par contre, il peut causer l'élongation et même le bris du cordon prolongateur ou le relâchement de la connexion entre les conducteurs et les fiches mâles. Ces câbles sont faits de conducteurs multibrins. Même s'il n'y a aucun dommage apparent, il est probable qu'une telle contrainte cause le bris d'une partie des brins du conducteur.

Figure 3 : Installation originale
Figure 4 : Cordon d'alimentation endommagé

Sans aller dans les détails de la théorie électrique, un conducteur dont la section est ainsi réduite et dans lequel on fait passer le même courant aura tendance à surchauffer.

Comme vous pouvez le voir sur les figures 3 et 4, si un conducteur ou sa connexion est endommagé, sa résistance augmentera. Le courant et la puissance totale de notre circuit diminueront. Par contre, la puissance (énergie) dissipée dans le cordon ou la connexion de notre chauffe-moteur passera de 0.36 watt (W)
à 32.5 W.

Vous aurez deviné que dissiper 90 fois plus de puissance (0.36 W à 32.5 W) dans une section du circuit causera une surchauffe ponctuelle qui aurait le potentiel de causer l'allumage de combustibles à proximité.

Le courant total demandé par le circuit étant de l'ordre de 6 ampères (A), la capacité du disjoncteur (15 A) du panneau de distribution électrique de la maison n'est pas dépassée. Ainsi, la surchauffe du cordon continuera jusqu'au moment de sa défaillance (court-circuit).

Dans ce genre d'incendie, les dommages touchent à la fois la résidence et le véhicule moteur. L'expertise fait donc appel à plusieurs champs de compétences.

Chez CEP, forts de nombreuses expertises du genre et de formations spécialisées, nos experts sont en mesure de faire la lumière sur ce type de sinistre et de vous aider à déterminer la cause réelle de l'incendie.